Doctrine Spearin

Les entrepreneurs sont régis par les termes de leurs contrats, lois, règlements et jurisprudence.
Le contrat peut comprendre les termes et conditions du contrat proprement dit, des conditions générales, des conditions supplémentaires, parfois des propositions, des rapports, des plans, des devis, etc. Souvent, le contrat de base contient une référence aux autres documents qui le composent.
Les entrepreneurs sont également régis par des statuts. Dans beaucoup de nos États, il existe des lois qui s’appliquent aux projets de construction, en particulier aux projets publics mais aussi aux projets privés. Ceux-ci peuvent inclure les conditions de paiement, les lois de paiement rapide, les exigences salariales, les exigences de sécurité, les procédures d’appel d’offres et d’autres questions.
La réglementation s’applique à nos projets. Ceux-ci incluent des réglementations promues par des agences telles que l’OSHA. Dans de nombreuses juridictions, les entreprises minoritaires, les entreprises défavorisées, les entreprises féminines et d’autres programmes d’inclusion sont régis par des règlements. L’adoption des règlements diffère d’un État à l’autre quant à la façon dont les règlements deviennent des exigences à suivre.
Enfin, il y a la jurisprudence. Les juges interprètent le contrat, les statuts et les règlements et nous fournissent des conseils sur la façon de mener à bien nos projets de construction. Les cas peuvent porter sur l’indemnisation due sur un projet, les retards sur un projet, les interférences, les conditions du sol et d’autres questions. La liste s’allonge encore et encore.
LA DOCTRINE SPEARIN
Le cas le plus important pour l’industrie de la construction a été décidé il y a 100 ans. L’affaire est États-Unis vs. Spearin, 248 U.S. 132 (1918).
Les faits de l’affaire Spearin sont importants. Spearin était un entrepreneur général qui a conclu un accord pour construire une cale sèche au Brooklyn Navy Yard pour 757 800 $ conformément aux plans et devis émis par le propriétaire, en 1905. Entre autres choses, le contrat prévoyait un processus pour le déplacement d’une conduite principale d’égout existante et précisait l’endroit où elle devait être déplacée. Spearin acheva ces travaux, mais en août 1906, alors qu’il travaillait encore sur le projet, de fortes pluies et des marées provoquèrent le débordement de la conduite principale d’égout déplacée. L’analyse des raisons pour lesquelles le débordement s’est produit a déterminé qu’il aurait dû y avoir un barrage interne indiqué sur les plans, mais comme ce n’était pas le cas, cela a provoqué le débordement. Le propriétaire a exigé que Spearin assume tous les coûts de nettoyage et de reconstruction. Spearin a répondu que le propriétaire devait reconnaître le défaut dans ses plans et être responsable des coûts de tous les travaux correctifs. Les deux parties ont fait valoir des réclamations l’une contre l’autre et l’affaire a finalement abouti à la Cour suprême des États-Unis.
La Cour suprême a rendu deux décisions très importantes. Premièrement, il est dit que lorsque quelqu’un accepte de faire quelque chose pour une somme d’argent fixe, la difficulté à accomplir la tâche n’excuse pas la performance. Deuxièmement, la Cour suprême est allée plus loin et a créé ce qu’on a appelé la doctrine Spearin.
La doctrine Spearin dit: « Si l’entrepreneur est tenu de construire selon les plans et devis préparés par le propriétaire, l’entrepreneur ne sera pas responsable des conséquences des défauts des plans et devis. »
En d’autres termes, l’entrepreneur est en droit de s’appuyer sur la suffisance et l’adéquation des plans et devis et n’est pas responsable des défauts de ceux-ci. Gardez à l’esprit que la Doctrine Spearin s’applique au sens traditionnel et que les systèmes de réalisation de projets tels que la conception, la construction, la réalisation intégrée de projets et d’autres questions peuvent avoir une incidence sur l’applicabilité de la Doctrine Spearin sur certains projets.
APPLIQUER LA DOCTRINE
Cependant, Spearin est instructif. Il indique clairement qu’un entrepreneur muni de plans et devis est en droit de se fier à leur adéquation et à leur suffisance. La plupart des États ont adopté la doctrine Spearin. Deux États, Hawaï et l’Iowa, n’ont ni approuvé ni rejeté la doctrine Spearin. Certains États l’ont adoptée de manière implicite en la citant dans d’autres décisions sans indiquer expressément que la doctrine Spearin s’applique. Quelques États ont intégré la doctrine Spearin dans leur jurisprudence ou leur statut. Aucun État n’a rejeté Spearin, mais l’Ohio s’est peut-être rapproché.
En 2007, l’Ohio a statué sur l’affaire Dugan & Meyers Construction Company c. Ohio Dept. des services administratifs, 864 N.E. 2d 68 (2007). Dans cette affaire, la Cour suprême de l’Ohio a limité l’applicabilité de la Doctrine Spearin à des conditions de chantier telles que des sols différents, mais n’a pas étendu la Doctrine Spearin pour retarder les dommages résultant de plans et de spécifications inadéquats.
Les entrepreneurs en construction rencontrent quotidiennement des problèmes qui ont une incidence sur leur capacité à faire avancer un projet. Les plans et devis sont au cœur de ce sur quoi les entrepreneurs doivent compter pour mener à bien un projet. Les entrepreneurs doivent pouvoir compter sur l’adéquation et la suffisance de ces plans. La doctrine Spearin fournit le soutien nécessaire pour le faire. Spearin a été décidé par la Cour suprême des États-Unis en 1918. C’est une décision vieille de 100 ans qui est la décision la plus importante jamais rendue pour les entrepreneurs en construction. ■
À propos de l’auteur: Thomas L. Rosenberg est associé chez Roetzel & Andress, LPA, qui est un cabinet d’avocats à service complet avec des bureaux dans l’Ohio, la Floride et à Chicago. Basé au bureau de Columbus, en Ohio, Rosenberg a plus de 30 ans d’expérience en tant qu’avocat en construction et dirige la pratique du droit de la construction du cabinet, qui a été reconnue à l’échelle régionale et nationale comme l’un des meilleurs cabinets d’avocats en matière de construction et de litiges en construction. Rosenberg a reçu de nombreux honneurs en tant qu’avocat en construction et est activement impliqué dans des organisations locales, étatiques et nationales de droit de la construction. Il peut être joint à [email protected] .
_________________________________________________________________________
Modern Contractor Solutions, mai 2017
Cet article vous a plu ?
Abonnez-vous à l’édition numérique GRATUITE du magazine Modern Contractor Solutions.
BUTTON_ClickHere

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.